Voiture autonome : quel avenir ?

Zoom sur le Nissan Note

La voiture autonome pose aujourd’hui des questions de toutes sortes :
la réglementation, l’assurance, l’assurance et un long et cetera. Malgré tout, les États
Les Etats-Unis et l’Europe sont engagés dans cette mobilité.

Certainement, la voiture autonome a cessé d’être une invention de l’avenir, de devenir une réalité croissante de nos jours. Les constructeurs de ces nouveaux véhicules annoncent quotidiennement des innovations dans leurs prototypes, dans lesquels ils travaillent pour atteindre la vraie voiture sans conducteur. L’objectif ultime de ces entreprises est d’assurer une conduite fiable et sûre pour ceux qui aiment ces voitures, ce qui pourrait réduire le nombre d’accidents de la route.

Il faut se rappeler que dans le passé 2018, le nombre de décès sur les routes espagnoles a augmenté àmignon ; 1 806 personnes, sur un total de 102 299 accidents de la route impliquant des victimes et 138 609 blessés, selon les données de la DGT. Afin de réduire ces chiffres, les constructeurs testent de nouvelles fonctions du véhicule qui permettent au conducteur d’être exclu des fonctions, ce qui réduit les irrégularités de direction.

L’ un d’eux est la fonction de régulateur de vitesse
adaptative, ce qui vous permet de maintenir automatiquement une vitesse constante
de la voiture sur l’autoroute, et de la modifier sans intervention du conducteur, par
capteurs avancés intégrés dans le véhicule, en fonction des véhicules que
Ils se déplacent devant.

Waymo, modelo de coche autónomo de Google.

Degré de conduite autonome

Ces innovations, réalisées de manière progressive,
ont conduit l’American Society of Automotive Engineers (SAE) à
définition d’une échelle de5 degrés de circulation autonome, avec un sixième qui encore
doit être déterminé :

  • Niveau 0 : Voitures
    sans aide à la conduite électronique.
  • Niveau 1 : Le
    nouvelle génération de véhicules qui comprennent des automatismes, comme le freinage
    urgence automatique, rétroviseurs aveugles anti-angle, alerte
    sortie de voie et régulateur de vitesse.
  • Niveau 2 :
    Ces voitures qui, grâce à une caméra, activent le freinage d’urgence
    automatiquement, lisez les lignes blanches et calculez les distances avec
    précision. En vertu de la loi, le conducteur est responsable du véhicule et doit transporter
    Mettez vos mains derrière le volant.
  • Nivle 3 : Comprend
    dépassement autonome ; actionne le clignotant, change de rail,
    Allez-y et revenez à la ligne. Ce niveau est déjà prêt en Chine et aux États-Unis,
    mais un changement juridique en Europe, qui ne sera pas résolu jusqu’en 2020, limites
    sa mise en œuvre. Il est permis de libérer le volant dans la ville et les embouteillages
    autoroute à une vitesse inférieure à 60 km/h.
    être responsable mais avec des nouvelles comme être capable de parler au téléphone,
    mais s’il s’endort, la voiture le réveillera.
  • Niveau 4 : Il s’agit du
    type de voiture qui transforme le conducteur en un passager, la technologie il
    soulagé de toute responsabilité, être capable de s’endormir, aller dans les sièges
    arrière.. etc Les premiers modèles sont prévus pour 2021 bien qu’il soit
    très susceptibles d’être opérationnels seulement dans certains scénarios en vertu de
    surveillance.

L’ Europe s’engage dans la recherche sur les véhicules autonomes

Dans ce contexte, l’Europe a plusieurs projets travaillant dans des véhicules autonomes, comme c’est le cas d’ INFRAMIX , composé d’un total de 11 entreprises et institutions européennes avec un investissement de 4,5 millions d’euros. Il met l’accent sur la conception, la mise à jour, l’adaptation et l’essai d’éléments physiques et numériques de l’infrastructure routière pour le trafic dit mixte.

L’ objectif est autre que d’étudier la communication entre les voitures et la route, à la fois équipés de capteurs et d’antennes de communication 5G, pour créer un trafic ininterrompu sûr et efficace, qui a effectué des tests sur l’autoroute AP7 à Gérone.

tesla model x autopilot.

Un autre projet similaire est AutLes ocits , qui contribuent à l’adaptation réglementaire, abordent les liens entre la connectivité et l’automobile, et adaptent les infrastructures à la conduite autonome. Il a été mis en œuvre à Lisbonne, Paris et Madrid, où il a déjà été lancé par les voies VAO de l’autoroute A6 entre les routes et l’entrée de la M30, avec 3 voitures dirigées par INDRA , sécurisées par MAPFRE . À ce stade, il est nécessaire de vous poser quelques questions sur l’assurance dont les voitures sans conducteur auront besoin.

L’ assurance sera-t-elle adaptée aux voitures autonomes ?

Selon les données de la DGT, 90% des accidents dans
route sont produites par des erreurs humaines. A prori, l’autonomie des « voitures
de l’avenir » pourrait réduire considérablement la perte de laqualité et, comme
par conséquent, la prime d’assurance de la voiture autonome sera réduite.

Face à une technologie de ce type de voiture, qui ne
établit les différences entre le conducteur et le passager (vous permet de lire, de dormir, voir
une série ou toute autre activité à tous les occupants du véhicule,
y compris le conducteur) surgissent des doutes tels que : Qui est responsable de toute
irrégularité sur la route ? , est la voiture elle-même victime ou coupable d’un
accident ? , où se termine la responsabilité du conducteur et le
voiture ?

Lorsque des voitures autonomes sont installées en permanence sur le marché, les assurances devront adapter leurs polices aux nouvelles réglementations à adopter. Selon les experts de l’assurance automobile du comparateur Acerto.com, de nouveaux paramètres de responsabilité doivent être établis dans lesquels les deux pasajero, sous la figure du pilote, comme l’équipement technologique et la marque de la voiture. Sans parler des entreprises privées derrière les mécanismes installés sur les autoroutes et autoroutes établissant des connexions avec les voitures en circulation.

Autres doutes sur les voitures autonomes

Dans ce contexte hypothétique de nouvelle législation adaptée à ces véhicules, d’autres inconnues sont nées comme si vous pouvez rouler dans la voiture en état d’ébriété. Et est-ce que, selon un rapport fait par le comparateur d’assurance automobile Acerto.com, 13.52% des Espagnols reconnaissent avoir conduit au-dessus de la limite légale de l’alcool. Sans oublier que plus de 200 personnes meurent chaque année sur la route à cause de la consommation d’alcool.

Et c’est que, à la incertitudes inhérentes à la technologie automobile naissante qui les entoure, nous devons ajouter les doutes encore émergé de voitures électriques, la cote énergétique dans laquelle ces nouveaux véhicules seront encadrés.

Lire la suite sur antoine-le-pilote.com